Articles

The Uncompromising Students’ Manifesto/CLASSÉ : Un Manifeste Hyper Prévisible

The Uncompromising Students’ Manifesto/CLASSÉ : Un Manifeste Hyper Prévisible
Profile photo of Pierre-Guy Veer

Since the beginnings of the student boycott movement, the CLASSÉ[1] has represented its most radical element. They could be compared to a spoiled child: unless it gets exactly what it wants, it will keep causing trouble. Recently, they published a manifesto showing their demands to the world. A closer look at those demands clearly exposes the socialist spirit of the CLASSÉ and therefore the dangers of giving in to them.

This manifesto is full of the use of the first person plural. “We are future” (nous sommes avenir), “our vision”, “our democracy”, “we are the people” (nous sommes le peuple). These expressions sound impressive, I have to admit. However, there is a problem: there is no “we”. A society is made up of its individual people, not of a single, homogenous and impersonal group. Only people think and act, said Ludwig von Mises, and he was correct. In an election, it is not “the Quebeckers” who elect such or such party, it is the individual voters who vote. It is not “the Quebeckers” who choose a 100 % public healthcare system, it is elected officials (and also lobbyists), claiming to act “for our good”, that make such decisions without looking at the negative (waiting lists, corruption to obtain better services) costs associated.

Therefore, when a person or a group of persons claim to act “for the people” or “for our good”, they are merely showing their own self-interest. Even in a group, it is its individual members, who do share common self-interests, that express self interest, as is the case with the CLASSÉ.

A Fake Democracy

Amongst these interests, we can find the desire to win no matter what the cost is even if it violates their cherished democracy. Indeed, it seems to be very easy to boycott assemblies, even if one is not a student of the cégep or university. And although the CLASSÉ say they want to let people who aren’t heard enough speak, they will boo them if the speakers dare asking for secret ballots or expressing a point view different from “us”. Even those who supervise the assembly seem to lean toward one ideology. If students elsewhere dare to think differently from “us”, they will bitterly regret it, such as seeing a locust invasion. Of course, these regrets can be shown with vandalism when a law or an injunction that is unpopular show up. Finally, blackmailing “to organize your Grand Prix,” accusing a (female) columnist of being a slut, and blocking traffic are also good ways to deliver the message.

Living at the Others’ Expense

However, the core of the CLASSÉ’s members’ interest goes far beyond a hike in tuition. From the manifesto: “If we are deprived from our most fundamental rights by putting our schools on the market, so will it be for hospitals, Hydro-Québec, our forests, our natural resources.” And the problem is? Everything that was enumerated has at least some government control over it, and it shows by its inefficiency.

Universities in Quebec are badly underfunded, as can be seen by their numerous deficits. Despite this, it is taboo to talk about a tuition hike.  Throwing more public money at the system would be useless. In the US, federal grants for K-12 education have increased exponentially in the past 40 years with, at best, a quasi-stagnation in results. Privatization would increase competition and keep tuition relatively low by abolishing majors with limited marketability (theater, literature, sociology) since students will pay a higher price on the job market compared to right now. It is certainly not an “egalitarian school” that will encourage people to surpass themselves. On the contrary, it will create an apathetic society that will end just like 20th Century Motors.

The situation in hospitals isn’t much brighter. Waiting times in the ER are too long, and seeing a specialist takes even a longer time. In comparison, dogs can be treated within 24 hours for pretty much everything. Yes, I dare make a comparison between humans and dogs. The latter take advantage of a relatively free market where they are treated at the speed of light. The former, unless they have good contacts – a great aunt of mine, who was a nurse, got a few freebies – must very patiently wait. And since they are insensitive to prices when they are insured, publicly or privately (the latter is strongly encouraged with tax credits in the US), healthcare costs rise much quicker than the GDP. Introducing privatized elements to the healthcare system would benefit it, as it is the case in Germany.

Hydro-Québec, the public monopoly of electricity and the left’s most sacred cow, is also a prime example of public mismanagement. This State corp. paid its first dividend more than 20 years after its nationalization. Do you know of any private corporations that would wait such a long time? Also, it more than doubled its number of employees in 40 years; it proportionally has a bigger employee-to-clients ratio than comparable-size energy companies in New England. But “the people” can rejoice at the fact that its electricity tariffs are the lowest in North America.  But had HQ been a private corporation, it would have been accused of unfair competition because of such a pricing scheme- a very obvious double standard. Privatizing HQ would make people pay the real price for their electricity and encourage them to save energy. It could also be a way out of this welfare program called equalization payments.

Now, as far as “our” natural resources are concerned, they are badly exploited, NOT “savagely exploited”, as the manifesto claims, because of government regulations. In the forest industry, companies are merely tenants, giving them an incentive to exploit as much as possible before the end of the lease. This interest is even more vivid should the government decide to create a “public” park, as it was the case with the Seigneurie du Triton, north of Trois-Rivières. With other resources, be it uranium or shale gas, groups of activists have successfully blocked their exploitation, thanks to government’s collaboration with moratoria. Using their argument for safety, then they would probably have been happier during the Stone Age: organic food, fresh water and air in abundance, a lot of exercise… but a 30 years life expectancy. Seriously now, by keeping the government off of natural resources and by improving property rights, people would be encouraged to intelligently exploit the resources, as it is in the owner’s self-interest to take advantage of it as long as possible.

These Poor, Defenseless Women

The last noticeable interest members of the CLASSÉ have is showing their bleeding heart towards women. According to the manifesto, they are, again and again, victim of baseless discrimination, notably towards jobs where they still are a majority.

I have to concede a point here. Nurses and teachers are indeed paid less than physicians. But is it really because of a sex difference? Notwithstanding the fact that women are now in majority in medical faculties, physicians have generally more tasks and stress than nurses (especially if they have to operate). Also, and the CLASSÉ will hate it, supply and demand plays a big role in determining salaries. Even if professional associations did not exist, there would always be fewer physicians than nurses because they have to go through so much more training and stress. Combined with a much higher demand for their services, they will naturally earn more. Also, if so many women are going towards teaching, isn’t it because in their absence if they happened to get pregnant, they will not be a handicap as opposed to computers?

In addition, there are no rules, as far as I know, that keep women from studying chemistry (as did my sister and a few of her friends) or engineering (as did a female cousin of mine). If they are “under” represented in domains where males are in majority, they only have their lack of interest or motivation to blame.

In conclusion, the CLASSÉ’s manifesto can be summed up by: “If you’re not a socialist at 20, you’re heartless; if you’re not a capitalist at 40, you’re brainless”. Indeed, most member of the CLASSÉ are very young and naive when it comes to the real world. Hopefully, they will quickly learn that money doesn’t grow on trees, that increasing public spending and taxes is counter productive, that charity at gunpoint loses its meaning, and that all 10-289 decrees in the world can’t do a thing to improve the economy. If they keep believing that government is the solution and no the problem, then Atlas, that is the productive class, is likely to keep shrugging very hard just by looking at an ever-growing Leviathan.



[1]    Coalition large de l’association pour une solidarité syndicale étudiante, the Enlarged Coalition of the Association for a student union solidarity

French Translation

Tel un enfant gâté qui continue sa « crise du bacon » jusqu’à ce qu’il obtienne ce qu’il veut, la CLASSÉ veut continuer son boycott des cours jusqu’à ce qu’elle obtienne ce qu’elle veut. Et ce qu’elle veut, elle l’a récemment exprimé dans un manifeste[1]. Mais les « revendications » qu’on y trouve ne font que trahir le fond socialiste de la CLASSÉ, et donc du danger qu’il représente pour les citoyens québécois.

Tout d’abord, le manifeste regorge de la première personne du pluriel. « Nous sommes avenir »; « notre vision »; « notre démocratie »; « nous sommes le peuple ». Ce sont des mots bien forts, je le concède, mais il y a un seul ennui : il n’y a pas de « nous ». La société, c’est les individus qui la composent, pas un groupe impersonnel et homogène. Seuls les individus pensent et agissent, disait Ludwig Von Mises, et il a entièrement raison. Durant une élection, ce ne sont pas les Québécois qui élisent tel ou tel parti; ce sont les électeurs individuels qui votent. Ce ne sont pas les Québécois qui choisissent un système de santé entièrement public; ce sont des politiciens élus (et souvent les démarcheurs) qui prétendent agir « pour notre bien » qui prennent de telles décisions sans en considérer les impacts (listes d’attente, corruption et patronage pour obtenir une meilleur place).

Donc, quand une personne/un groupe de personnes prétend agir « pour notre bien » ou « pour la collectivité », ce n’est ni plus ni moins que son/leur intérêt personnel qui est présenté. Même quand il s’agit d’un groupe, ce sont ses membres individuels, avec des gouts semblables, qui présentent leur intérêt personnel, comme on voit présentement avec la CLASSÉ.

Une fausse démocratie

Parmi ces intérêts personnels, on trouve un goût de la victoire à tout prix, fusse à l’encontre de la démocratie qu’elle chérit tant. En effet, il semble être très facile de voter dans certaines assemblées étudiantes, même si on n’étudie pas dans ledit établissement[2]. Aussi, bien qu’on prétende vouloir laisser la parole aux gens qu’on n’entend jamais, ces derniers seront copieusement hués s’ils osent demander un vote secret[3] ou exprimer un point de vue différent de « nous »[4]. Même les présidents d’assemblée semblent tous pencher du même côté[5]. Et si les membres d’une assemblée ose penser le contraire de « nous », ils vont le regretter amèrement[6]. Évidemment, les regrets se feront aussi sentir si une loi/injonction qui ne plait pas fait son apparition, pouvant aller jusqu’au vandalisme[7]. Enfin, le chantage[8], les menaces[9], les insultes gratuites[10] et les perturbations[11] sont aussi un bon moyen de vouloir faire passer son message.

Vivre aux dépends des autres

Toutefois, le plus fort de ces intérêts dépasse largement la hausse des frais de scolarité. « Si on nous dépossède des droits les plus fondamentaux en mettant nos établissements scolaires sur le marché, il en va aussi des hôpitaux, d’Hydro-Québec, de nos forêts, de notre sous-sol. ». Et alors? Quel est le problème? Tout ce qui a été énuméré est au moins contrôlé en partie par le gouvernement, et ça se reflète par son inefficacité.

Les universités québécoises sont terriblement sous-financées, ce qui se reflète dans leur solde budgétaire[12]. Malgré ce manque à gagner, la moindre hausse des frais de scolarité est vue comme taboue… Mettre plus de fonds publics ne servira à rien; aux États-Unis, les sommes fédérales pour l’éducation générale (jusqu’en 12e année) ont augmenté exponentiellement depuis 40 ans avec, au mieux, une stagnation des résultats[13]. Une privatisation pourrait permettre une meilleure compétition (et de meilleurs prix) ainsi que l’abolition de départements aux débouchés… limités, puisque les étudiants devraient payer le vrai prix de leurs études. Ce n’est certainement pas avec une « école égalitaire » qu’on va encourager le dépassement de soi; on risque plutôt d’avoir une société apathique qui finira comme 20th Century Motors[14]

Ce n’est guère mieux pour les hôpitaux. Les temps d’attente à l’urgence sont toujours longs, et voir un spécialiste prend une éternité[15]. En comparaison, les chiens peuvent se faire voir le même jour par un vétérinaire[16]. Oui, j’ose comparer les animaux domestiques et les humains; les premiers se font soigner dans un système où le libre-marché règne et la vitesse des traitements est phénoménale. Les humains, eux, à moins d’avoir d’excellents contacts – ma grande-tante infirmière a eu quelques passe-droit – doivent prendre leur mal en patience. Sans compter que la présence d’assurances privées – fortement encouragée via des crédit d’impôts aux États-Unis[17] – rend les gens insensibles aux prix de leurs traitements, ce qui fait exploser les couts[18]. Introduire un élément de privé pourrait très bien aider le système de santé, comme cela a été le cas en Allemagne[19].

Hydro-Québec, la plus sacrée des vaches dans la Belle Province, montre également la faiblesse d’une administration publique dans ce qui devrait être privé. La Société d’État a versé son premier dividende près de 20 ans après sa gigantesque nationalisation[20]. Aussi, elle a plus que doublé son nombre d’employés en 40 ans; elle a proportionnellement plus d’employés par clients que d’autres compagnies d’énergie comparables en Nouvelle-Angleterre. Mais « la population » peut se consoler d’avoir les plus bas tarifs en Amérique du Nord, plaidera-t-on. Oui, certes. Mais si HQ avait été une compagnie privée, elle aurait vite été accusée de concurrence déloyale. Deux poids, deux mesures. Privatiser HQ permettrait donc de payer le vrai prix de son électricité – et ainsi avoir un encouragement pour l’économiser – et même de se sortir de l’aumône fédérale nommée péréquation[21].

Enfin, en ce qui concerne « nos » ressources naturelles, elles sont mal exploitées (et certainement exploitées sauvagement, tel que dépeint par le manifeste) à cause du gouvernement. Dans le domaine forestier, les compagnies ne sont que locataires; elles ont donc intérêt à exploiter au maximum la terre avant que le bail n’échoit. Cet intérêt est attisé si la gouvernement décide de nationaliser une terre, comme ce fut le cas avec la Seigneurie du Triton[22]. Quant à d’autres ressources, comme l’uranium[23] et le gaz de schiste[24], des groupes de personnes se sont avancés et ont réussi à bloquer toute exploitation, grâce à la complicité du gouvernement qui a imposé des moratoires. Si on veut éliminer tout risque, on peut toujours revenir à l’âge de pierre : de la nourriture uniquement bio, de l’eau et de l’air purs, des animaux élevés en petits troupeaux, beaucoup d’exercice… et une espérance de vie de 30 ans. Sérieusement, en éloignant le gouvernement de l’exploitation des ressources naturelles, et surtout en améliorant les droits de propriété – le propriétaire d’une maison n’a pas droit aux ressources qui pourraient se trouver sous sa propriété –, on inciterait l’exploitation intelligente des ressources, car il est de l’intérêt du propriétaire d’une ressource quelconque d’en profiter le plus longtemps possible.

Ces pauvres femmes sans défense

Le dernier intérêt des membres de la CLASSÉ qui ressort est celui de défendre la veuve et l’orphelin (principalement la première). Selon leur manifeste, les femmes sont encore et toujours victimes de discrimination injuste, notamment par des emplois moins valorisés où elles sont majoritaires.

Je suis obligé de leur donner en partie raison sur ce point. Il est vrai qu’une infirmière ou une enseignante gagnent moins qu’un médecin… mais est-ce vraiment à cause du sexe? Nonobstant le fait que les femmes soient majoritaires dans les facultés de médecine[25], le médecin a généralement plus de tâches et de stress que l’infirmière (surtout s’il doit opérer). Sans compter, ne leur en déplaise, que la loi de l’offre et de la demande entre en jeu quand vient le temps de négocier un salaire. Même s’il n’y avait pas d’ordres professionnels, il y aurait toujours moins de médecins que d’infirmières parce que les études sont plus longues, et le métier nettement plus stressant; ils gagnent donc plus. Aussi, si tant de femmes se tournent encore vers l’enseignement, n’est-ce pas parce que leur absence en cas de grossesse ne les handicapera pas[26]?

Par ailleurs, il n’y a absolument rien, ce me semble, qui empêche une femme d’étudier en chimie (comme ma sÅ“ur et quelques unes de ses amies) ou en génie (comme une cousine). Si elles ne sont pas assez représentée dans des domaines à majorité masculine, elles n’ont que leur désintérêt ou leur manque de volonté à blâmer.

En conclusion, le manifeste de la CLASSÉ peut se résumer à ce diction célèbre : « Si tu n’es pas socialiste à 20 ans, tu n’as pas de cÅ“ur; si tu n’es pas capitaliste à 40 ans, tu n’as pas de tête. » La plupart de ses membres sont très jeunes, et surtout ignorant du fonctionnement de la société. Espérons seulement qu’ils finiront par apprendre que l’argent ne pousse pas dans les arbres, que hausser les impôts et les dépenses publiques est contre-productif[27], que la charité à la pointe d’un fusil perd sa noblesse[28] et que tous les décrets 10-289[29] du monde ne peuvent absolument rien pour sauver l’économie. S’ils continuent de croire que le gouvernement est la solution et non le problème, alors Atlas risque de s’hyperventiler à force de voir le Léviathan étendre de plus en plus ses tentacules…

 


[14]  Rand, Ayn. Atlas Shrugged, p.323

[29] Atlas Shrugged, p.538

Articles
Profile photo of Pierre-Guy Veer

Pierre-Guy Veer est un journaliste indépendant. Tel un enfant, il poser des questions que personnes ne semble vouloir poser dans la terre des vaches sacrées, le Québec.

More in Articles

marketplace

Praxeology and Liberalism

Ludwig von MisesMay 24, 2017

Why Government Hates Gold

Murray N. RothbardMay 23, 2017
city-skyline-montreal-canada

The State is Not an Infrastructure Psychic

John TamnyMay 22, 2017
dracula

What Dracula’s Backstory Says about Moral Choices

Jeffrey TuckerMay 19, 2017
fence-and-snowy-field-in-Knox-Farm-State-Park-East-Aurora-NY-300x1991

Rothbard on Land Prices

Robert P. MurphyMay 18, 2017
Federal_Reserve_Bank_Chicago_165_West_Quincy_Street

Tyranny and Finance

Frank ChodorovMay 17, 2017
karl_marx

Marx’s Legacy Is Anti-Intellectualism

Art CardenMay 16, 2017
communism

The Death Wish of the Anarcho-Communists

Murray N. RothbardMay 15, 2017
bacon

Is Bacon Feeding the War Machine?

Doug FrenchMay 12, 2017