Articles

The Emancipatory Act of Leaving Quebec/Gagner sa liberté en quittant le Québec

The Emancipatory Act of Leaving Quebec/Gagner sa liberté en quittant le Québec
Profile photo of Pierre-Guy Veer

There can be no doubt for the Quebec left (those who want higher taxes for the “rich” and more government intervention in the economy), the province is almost a paradise. Generous welfare programs are the envy of the planet (the Quebec “model”), work laws, combined with high unionization, keep workers from being “exploited” by unscrupulous employers, and low tuition costs let poorer people access university.

However, real life is quite different. Many people, exasperated with an ever growing government, have decided to leave La Belle Province for good. It is the case with Julie Lesage Charland, co-founder of a Website [ref]http://www.quitterlequebec.com/ [/ref] giving a voice to those who left and advice to those who think about it.

Up to recently, no one would have thought she would be leaving her native Trois-Rivières. “I voted Yes in the last referendum. Like my parents, I was a fervent separatist. Even today, I still think of Quebec as a distinct society.

“But with time, I realized that the province wanted to keep this distinction in a bubble, which became increasingly burdensome.” One of the first people that encouraged her to move was her husband, a nurse. “Because of unionization and seniority, he could hardly get promoted.” He also suffered from a severe cancer, and doctors who saw him strongly advised to go to the US for treatment, as he would be waiting for too long in Quebec.

What set up her mind was her daughter, diagnosed with autism at a very young age. “She was put on a waiting list, even though long waits could worsen her disease.”

-A Fake Medicine Named Government

At the beginning, like many, she thought the state would help her. “Psychologists suggested she went to a CPE (Centre de la petite enfance, public daycare) so she would be able to socialize. Unfortunately, and despite special grants, no one wanted her. At four years of age, she was still waiting to see speech therapists and occupational therapists. It was too much; in Quebec, we have access to everything, but nothing’s available” she complains.

Comedian Charles Lafortune also has an autistic child – he told his story in the talk-show Tout le monde en parle. “He said he would be ready to pay for services, probably like thousands of parents like us. But too many people still think that the government will help them, which will not happen”, she believes

The same people also seem to feel sorry for themselves. “Even if the waiting time to see a specialist is five years, they prefer to ‘live for society.’ Some diabetics would even feel bad if they could be seen before a patient with cancer. And yet, going before him would free up the waiting list.”

It is therefore for her daughter’s sake that Julie and her husband move close to Houston, Texas. The move was made easy because of her husband’s job, which she calls “an easy visa job.” Otherwise, the move might have been much more difficult, if not impossible.

-Both Conservative and Libertarian

At first glance, Texas could scare away some people. “It is very socially conservative. When I arrived eight years ago, sodomy was a crime – it was mainly aimed at homosexuals. Also, people are much more prude when it comes to talk about sexuality, unlike Quebec. Also unlike Quebec, people are strongly religious and pro-life.”

But at second glance, the Lone Star State is more libertarian than it looks. “I only pay 10 % income tax to the state, and taxes are much lower. Even the State capital, Austin, with its big campus of the State university, is a big Ron Paul fan.”

Speaking of this politician, Julie adds that the media greatly understate his influence. “TV is supposed to be the pulse of the people. Yet it’s not the case; Ron Paul’s influence is greatly underestimated. Everywhere around me, I see people wishing that the government would leave them alone!”

-Libertarian to the Bones

Julie applies this libertarian creed everywhere she can. “Since we don’t use daycare, I wake up every morning at 4 to take care of my children, despite my full-time job. Also, although we could use Medicaid [ref] A federal program meant for poor and handicapped people [/ref], we don’t. We are perfectly able to take care of our children.”

This mentality is light-years away from what seems to prevail in Quebec. “In Texas, families take charge of themselves. In Quebec, it seems that government takes care of us from the cradle to the grave. And despite all the horror stories coming out of the CHSLD [ref] Centre hospitalier de soins de longue durée, long-term health care facilities mainly for the elderly [/ref], people still let their parents and grandparents live there. Since it’s from the government, we don’t really have to think about it… In Texas, loved ones would have been immediately taken out of this hell.”

Which is why she is happy her children grow up down south. “I’d rather see them become “evil Americans” than Quebecois sheep. Here, despite what scaremongers told us, people are very welcoming and friendly, and they truly believe in mutual aid. For many years, the fire department had been staffed only with volunteers, and for all shifts. My husband worked with them for a while. When we told our families about it, many we like, ‘What?! They’re so cheap!”

In addition, she’s happy that her government trusts its citizens’ judgment. “Texas has adopted the Castle Law. We can, under reasonable doubt, shoot someone getting on our property without permission. Of course, we are clever enough to use it only if necessary. And people without bad intentions know it. Since we live close to a school, we sometimes receive their balls. But they always knock on the door first before they come and pick it up.”

-Services Always Available

Another thing Julie loves about Texas is how easy it is to get healthcare. “The day after we moved, my husband started chemo.” Also, since taxes are lower, one doesn’t feel like paying twice when going to the hospital. “And doctors are easily accessible. It is possible to get an appointment within a week; even if I call the pediatrician of Sunday, he will call me back on the same day to either make an appointment or tell me to go to the ER.”

Speaking of ERs, those in Houston are absolutely incomparable to Quebec’s. “In private hospitals, there is no waiting time and all imaginable tests are available. Even the public county hospital, where the ER and other services are free, offers all tests, although there can be some delays. I will always remember this obese man who complained because he had to wait three hours.

“In comparison, some of my nephews in Quebec had to wait up to 17h to see a doctor in the ER – I was even told that waits of 48h are not uncommon [ref] Indeed : http://www.soscontribuables.ca/argent/palmares_urgences07.pdf [/ref]. Not only must they wait to get basic medical exams, but their parents must continuously tell their condition history over and over again since their doctor is usually not available.”

-Taking Responsibilities with Insurance

Of course, since the healthcare system doesn’t have a single payer like in Quebec, many people chose to get insurance. “Yes, the paperwork can be a pain. Knowing everything the companies offer is almost a job in itself! However, I never had major problems, despite two deliveries and my husband’s cancer. And it only costs us 568$/month.” She adds that many people try to negotiate health benefits.

But in order for everything to work well, one must remain vigilant. “I always make sure that the company pays the bill”, she says. Again, she claims she never had problems.

-Atlas Is Shrugging

Sadly enough, libertarianism is slowly fading away in Texas and in the US. “I moved away from Quebec because of its stifling taxes and regulations. It’s what the US is getting at more and more. I refuse to live in a socialist country. I’m ready to move, but where to?” she wonders.

And just like those in Quebec, government programs are being abused. Her husband could write a book about all the abuses he sees with Medicaid and Medicare [ref] The federal healthcare program for the elderly [/ref]. “He has witnessed so much wrongdoing, like this man who would keep smoking despite his operation.” But it’s nothing compared to the “free lunch” taken by illegal immigrants. “Since hospital can’t refuse to treat patients, many immigrants deliver in the hospital. Also, some receive some care and are never heard from again.” In other words, taxes might be increased to cope with the losses…

-No More Hope?

In conclusion, Julie believes that Quebec’s hope for a major reform in its mores has been swept away. “I would have been more optimistic six months ago. But with the student conflict that has been raging ever since, I can only watch and see that this mentality that one can live on others’ behalf through government will not go away any time soon. In fact, I don’t think I will see major changes in my lifetime (she’s 35).

“Oh, there are libertarians here are there – especially around Quebec City – but they aren’t political activists because they have a life.” Other people share her pessimism. Her father-in-law is now teaching in China and has no intention to come back.

French Translation

Pour la gauche québécoise (qui veut plus d’impôts pour les « riches » et plus d’État dans l’économie), le diagnostic est sans équivoque : le Québec s’approche du paradis sur Terre. Ses programmes sociaux généreux font l’envie du reste du monde (le fameux « modèle » québécois), ses lois du travail, jumelées à un haut taux de syndicalisation, empêchent les travailleurs d’être « exploités » par des employeurs sans scrupule et ses bas frais de scolarité postsecondaires permettent aux plus pauvres d’avoir accès à l’université.

Toutefois, la réalité est toute autre. Plusieurs personnes, exaspérées de vivre là où le gouvernement est tellement présent qu’il en devient étouffant, ont décidé de quitter la Belle Province pour d’autres cieux. C’est notamment le cas de Julie Lesage Charland, cofondatrice d’un site Web [ref]  http://www.quitterlequebec.com/ [/ref] qui raconte le témoignage de ceux et celles qui ont quitté, de même que des conseils pour les personnes qui y songent.

La vie de Julie, jusqu’à tout récemment, n’aurait jamais laissé présager qu’elle quitterait son Trois-Rivières natal. « Lors du dernier référendum, j’avais voté Oui, se rappelle-t-elle. Comme mes parents, j’étais une fervente séparatiste. Encore aujourd’hui, je pense que le Québec est une société distincte.

« Toutefois, avec le temps, je me suis rendu compte que la province voulait garder cette distinction dans une bulle, et elle commençait à peser lourd. »  Un des éléments déclencheur a été son conjoint, infirmier de profession. « À cause des syndicats, il pouvait difficilement combattre l’ancienneté et être promu », précise-t-elle. Il a également souffert d’un grave cancer, et les médecins qu’ils a vus lui ont fortement conseillé d’aller aux États-Unis pour des soins, puisqu’il aurait dû attendre trop longtemps au Québec.

Mais la goutte qui a fait déborder le vase fut sa fille, diagnostiquée autiste à un très jeune âge. « Elle fut placée sur plusieurs listes d’attente, et ce malgré le fait qu’une telle attente risquait de la handicaper encore plus. »

-Le gouvernement, cette fausse panacée

Au début, elle croyait, comme plusieurs, que le gouvernement allait l’aider. « Des psychologues ont suggéré qu’elle aille en CPE (garderie publique) afin de développer sa sociabilisation. Malheureusement, et malgré des fonds accordés par le gouvernement, personne ne voulait de la petite. Rendue à quatre ans, elle était encore sur des listes d’attente pour voir orthophonistes et ergothérapeute. C’en était trop. Au Québec, on a droit à tout, mais rien n’est disponible », se plaint-elle.

Le comédien Charles Lafortune vit une situation semblable à Julie – il en avait discuté à Tout le monde en parle. « Il a dit qu’il serait prêt à payer pour les services, probablement comme des milliers d’autres parents dans notre situation. Cependant, trop de personnes croient encore que le gouvernement va les aider, ce qui n’arrivera pas », croit-elle.

Certains semblent s’apitoyer sur leur sort. « Même s’il faut attendre cinq ans pour voir un spécialiste, certains préfèrent “vivre pour la société”. Ils iraient même, s’ils sont diabétiques, jusqu’à refuser de passer avant un patient cancéreux. Pourtant, en passant avant, ils libèreraient la liste d’attente. »

C’est donc par amour pour sa fille qu’elle a déménagé en banlieue de Houston, au Texas. Ce déménagement a été facilité par l’emploi de son conjoint – qu’elle qualifie « d’emploi à visa facile ». Sinon, le déménagement aurait été difficile, voire inexistant.

-À la fois conservateur et libertarien

À première vue, le Texas pourrait en effrayer plus d’un. « C’est une contrée très conservatrice. À mon arrivée il y a huit ans, la sodomie – on visait principalement les homosexuels par cette loi – était un crime. Les gens ici ne parlent pas beaucoup de sexualité et sont fortement pro-vie, contrairement au Québec. Finalement, la religion est très présente; je n’avais jamais vu ça au Québec. »

Mais en regardant de plus près, on se rend compte que l’État de l’étoile solitaire [ref]  Lone Star State en anglais [/ref] est nettement plus libertarien qu’il n’en paraît. « Ici, je ne paie que 10 % de mon salaire en impôt à l’État, et les taxes sont moins élevées. Même la capitale, Austin, réputée pour être plus à gauche à cause de son grand campus de l’université de l’État, est une grande partisane de Ron Paul. »

Parlant de ce politicien, Julie ajoute qu’il est plus populaire que ne le laisse transparaitre les médias. « La télévision est sensée représenter le pouls de la population. Or, ce n’est pas le cas; on tente de minimiser son influence, pourtant très grande. Partout autour de moi, on souhaite que le gouvernement nous laisse en paix! », affirme-t-elle.

-Libertarienne à l’os

Julie a vite fait d’adopter cette mentalité. « Comme nous n’utilisons pas de garderie, je me lève chaque matin à 4h pour m’occuper de mes enfants, malgré mon emploi du temps chargé (elle travaille à la maison à temps plein). Aussi, bien que nous aurions droit à Mecidaid [ref] Programme fédéral qui paie notamment les soins des personnes pauvres ou handicapées [/ref], nous ne l’utilisons pas. Nous sommes parfaitement capables de nous occuper nous-même de nos enfants. »

Bref, son libertarianisme se propage partout. À ce sujet, elle constate le gouffre qui sépare sa mentalité de plusieurs Québécois. «  Au Texas, on se prend en main en famille. Au Québec, il semble que le gouvernement nous prend en charge du berceau à la tombe. Malgré tous les rapports accablants au sujet des CHSLD, les gens y laissent encore leurs parents et leurs grand-parents. C’est gouvernemental après tout, on n’a pas besoin d’y penser… Au Texas, les gens auraient vite fait de retirer l’être aimé de cet enfer. »

D’ailleurs, elle est heureuse que ses enfants puissent grandir dans un tel milieu. « Je préfère qu’ils deviennent des “méchants américains”que des moutons québécois. Ici, malgré les peurs qu’on nous faisait, les gens sont très accueillants et aidant, et ils croient vraiment à l’entraide. Pendant plusieurs années, il n’y avait que des pompiers volontaires dans notre ville pour tous les quarts de travail. Mon conjoint y a d’ailleurs offert ses services. En entendant cela, plusieurs personnes de notre entourage pensaient : “Y sont ben cheap!” »

Par ailleurs, ce milieu est dirigé par un gouvernement qui fait confiance au gros bon sens de ses citoyens. « Il y a ce qu’on appelle la Castle Law au Texas. Il nous est permis, si on se croit en danger, de tirer quelqu’un qui pénètre notre propriété sans invitation préalable. Évidemment, nous savons utiliser notre jugement. Et les gens sans mauvaises intentions aussi. Nous vivons près d’une école, et il nous arrive de recevoir des ballons. On vient toujours cogner à notre porte avant d’aller les chercher. »

-Des services présents quand on en a besoin

Un autre point positif de la terre d’adoption de Julie est la facilité d’obtenir des soins de santé. « Le lendemain de notre déménagement, mon conjoint a débuté ses traitements de chimiothérapie ». Aussi, comme les impôts sont bas, on n’a pas l’impression de payer deux fois quand on va à l’hôpital. « Et les médecins sont facilement accessibles. Je peux prendre un rendez-vous médical en moins d’une semaine, et le pédiatre, même si j’appelle son bureau le dimanche, me contacte le jour même pour me conseiller de prendre rendez-vous ou d’aller à l’urgence. »

Parlant des urgences, celles de Houston sont absolument incomparables à celles du Québec. « Dans les hôpitaux privés d’ici, il n’y a aucune attente et tous les examens imaginables sont disponibles. Même l’hôpital public du comté, dont l’urgence et plusieurs services sont gratuits, offre tous les services, quoiqu’il peut parfois y avoir de l’attente. Je me rappellerai toujours cet homme obèse qui se plaignait à un journaliste parce qu’il avait attendu à l’urgence durant … trois heures.

« En comparaison, mes frères qui ont des enfants ont parfois dû attendre 17h pour voir un médecin à l’urgence – j’ai entendu dire qu’un délai d’attente de 48h était fréquent aussi [ref] Oui, en effet : http://www.soscontribuables.ca/argent/palmares_urgences07.pdf [/ref]. Non seulement doivent-ils souvent attendre pour passer des tests médicaux, mais ils doivent répéter sans cesse leur histoire médicale puisque leur médecin est souvent indisponible. »

-Se responsabiliser pour l’assurance

Évidemment, comme le système de santé n’a pas un assureur unique comme au Québec, plusieurs choisissent de contracter une assurance. « Oui, il peut y avoir beaucoup de paperasse, remarque Julie. Connaître les compagnies de même que les services qu’elles couvrent est presque une profession en soi! Toutefois, je n’ai jamais eu de problème, malgré le cancer de mon conjoint et mes deux accouchements. Il m’en coute 568 $ par mois. » Lors de l’obtention d’un emploi, les gens négocient un tel avantage pécuniaire.

Afin de s’assurer que tout fonctionne bien, une personne doit cependant demeurer vigilante. « Je dois toujours m’assurer que la compagnie a payé la facture. » Encore là, elle dit ne jamais avoir eu de problème majeur.

-Atlas commence à soupirer

Malheureusement, le havre de libertarianisme relatif qu’est le Texas commence à disparaître. « J’avais déménagé du Québec à cause de la réglementation étouffante et des impôts trop élevés. De plus en plus, c’est ce qui se produit aux États-Unis. Jamais je ne vivrai dans un monde socialiste. Je serais prête à déménager, mais où irais-je? » se questionne-t-elle.

Comme au Québec, les programmes publics sont abusés par plusieurs. Son mari lui en dit des vertes et des pas mûres au sujet des programmes publics de santé (Medicare [ref] Pour les aînés [/ref]/Medicaid). « Il est témoin de tellement d’aberrations, comme cet homme qui, malgré une transplantation, continue à fumer. »

Toutefois, ce n’est rien comparé aux immigrants illégaux qui profitent des largesses du système. « Comme les hôpitaux ne peuvent refuser de patients, plusieurs femmes immigrantes en profitent pour accoucher à l’hôpital. D’autres se font soigner et disparaissent ensuite dans la brume. » Il est donc à prévoir que, pour palier ce manque à gagner, les impôts vont augmenter…

-Aucun espoir?

En conclusion, Julie croit que s’en est fait de l’espoir de changement pour le Québec. « Il y a six mois, j’aurais peut-être été plus optimiste. Mais avec l’arrivée du conflit étudiant, je me suis rendu compte que cette mentalité de s’accrocher au gouvernement n’est pas prête de partir. Je ne crois pas voir de grands changements de mon vivant.

« Oh, il y a bien des libertariens présent – il semble y avoir une tendance dans la région de Québec –, mais ce ne sont pas des militants car ils ont une vie. » D’autres personnes partagent son pessimisme. Son beau-père est maintenant professeur en Chine, et il n’a pas l’intention de revenir.

  • Jeremy

    Like many young English speaking Quebecers, I left the Province 5 years ago. While I do miss the culture and the joie de vivre I do not miss the vitriol, the taxes and the overreach. Montreal was once the economic hub of this country and unfortunately because of politics has become a shadow of its former self. As my uncle always said, "Toronto should mount a 200 foot golden statue of Rene Levesque on the corner of Bay and King since he was the best business man the city ever had."

    Sadly my new home (Ontario) is no bastion of free markets either and my thoughts turn to more frontier type economies that understand the woes of socialism. Perhaps Mongolia, Cambodia, Vietnam or even Cuba in a few years. Who knows….maybe Patri Friedman will be successful and we will all be living on the ocean in a few years time :)

    • http://lemoutongris.wordpress.com/ lemoutongris

      I don't know what news you receive from Montreal, but even its shadow is fading away…

Articles
Profile photo of Pierre-Guy Veer

Pierre-Guy Veer est un journaliste indépendant. Tel un enfant, il poser des questions que personnes ne semble vouloir poser dans la terre des vaches sacrées, le Québec.

More in Articles

painting

Are These the “Interesting Times?”

Butler ShafferOctober 19, 2017
parliament

How Government Wrecks the Economy

Robert P. MurphyOctober 18, 2017
basketball

The Economics of Assistant Coaches’ Bribery

Gary NorthOctober 17, 2017
keillor

Garrison Keillor and the Pledge of Allegiance

Doug FrenchOctober 16, 2017
kneeling

Freedom of Conscience Is the Foundation of All Freedom

Jeffrey TuckerOctober 13, 2017
Writing-taxes-300x216

The Income Tax: Root of all Evil Part 1

Frank ChodorovOctober 12, 2017
income_tax

The Income Tax: Root of all Evil Part 2

Frank ChodorovOctober 11, 2017
IRS-tax-form-300x225

The Income Tax: Root of all Evil Part 1

Frank ChodorovOctober 10, 2017
columbus

How Columbus Revolutionized the Global Economy

Ryan McMackenOctober 9, 2017